Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 12:04

 

DialogueSourds2visages-1-1-Le droit des peuples à la différence 
Le bi-hebdomadaire tchadien « N’djaména Hebdo » publiait un article sur l’existence d’un mouvement sécessionniste dirigé par l’ex- ministre de Deby, Djmrangar Dadnadji. Aussitôt c’est le branle-bas des media tchadiens surtout les « onlines», comme si c’est un scoop. En réalité cette info n’a rien de scoop.

Ça fait plus de deux ans que le site « Tchadactuel» tambourine sur le sujet, avec beaucoup des détails sur les principaux organisateurs, leur lieu de rencontre (domicile du DGde l’ENTP), leurs déplacement à l’étranger (Oslo, sur invitation d’une ONG évangélique, Paris, Kampala, Juba, etc.)

Alors de quoi fait-on semblant de s’étonner ? Quand on disait que le Mouvement pour l’Emancipation du Sud du Tchad (MEST) est créé et dirigé par les cadres du Sud ex- et actuels proches collaborateurs de Deby, il n’y en a pas mil et ce n’est pas du tout une surprise que de voir le nom du Ministre Dadnadji apparaitre. Même si ce dernier est traité de « pauvre type qui n’est que le valet du sultan Deby Itno qui l’a pressé comme un citron et en découvre aujourd’hui la vacuité », il n’en demeure pas moins qu’il a le mérite d’exprimer publiquement sa révolte, si cela se confirme. Il n’est pas plus mouillé que les dirigeants actuels du CNT libyen l’étaient avec Kadhafi et ils sont aujourd’hui les héros de la révolution. Il n’est jamais trop tard de se révolter contre une injustice. Les vrais valets sont ceux qui digèrent l’injustice, l’humiliation quotidienne, l’exclusion, etc., sans broncher et tapent sur le premier révolté comme si leur conscience le trottine.

Mais au fait, y a-t-il réellement une révolte sécessionniste? Les présumés auteurs de ce soi-disant mouvement sécessionniste étaient ou demeurent si proches de Deby qu’on est en droit de se demander s’il n’y a pas quelque part une manipulation ; d’autant plus que la majeur partie des infos glanées par le site «Tchadactuel» proviennent de l’entourage direct de Deby. Soit.

Si jamais un tel phénomène existe en dehors de Deby, alors Les cadres du Sud, face à un vrai problème et une situation réelle, prônent des fausses solutions en empruntant des chemins tortueux. Le droit des populations du Sud de vouloir vivre dans un cadre de justice, d’égalité et de démocratie, dans les limites du Tchad ou au pire cas dans le cadre d’un sud séparé, ce droit est légitime. La quête du bien être pour soi ou pour sa communauté est une aspiration plus que normale. Cela est vrai pour toutes les communautés tchadiennes opprimées par le système Deby. Il est vrai que le système Deby semble ne laisser aucune perspective à une quelconque alternance, surtout une où un sudiste chrétien serait à la tête du pays. Pour les zaghawa, après Deby, ce sera un autre Z ; pour les musulmans, ce sera un autre musulman et pour les nordistes, ce sera un autre nordiste. Avec ces genres de schéma, la quête d’une autre voie pour une vie meilleure et pour un réel épanouissement est non seulement légitime mais à la limite légale pour les populations du Sud tchadien! Mais la séparation apportera-t-elle la démocratie, la justice et le bienêtre social aux populations du Sud? Il n’est pas du tout évident qu’il en sera ainsi. Un tel processus (la séparation) sera non seulement long et compliqué mais surtout douloureux, pour deux raisons : a) le Sud du Tchad n’est pas un ensemble homogène, certes majoritairement animiste et (un peu) chrétien, mais tout le sud n’a pas le même regard, ni les mêmes rapports avec le nord ; b) les relations entre le nord et le sud du Tchad n’ont rien de comparable avec celles entre le nord et le sud du Soudan. Ceux qui veulent s’armer de l’exemple soudanais sont très mal inspirés.

L’épidémie de la peste ou plus exactement « l’épideby » qui frappe aujourd’hui le Tchad est générale, elle est en train de sévir dans tout le Tchad, du nord au sud, de l’ouest à l’est. Comme toute épidémie, elle ne distingue personne ; tout le monde est atteint et en souffre. Alors autant chercher ensemble un médicament pour l’endiguer de tout le Tchad, que de s’enfuir pour aller se réfugier dans son village alors qu’on est déjà largement infecté !

Le pouvoir de Deby est loin d’être un pouvoir divin. Comparé à tous les regimes dictatoriaux déchus ou en voie de l’être, celui de Deby est de loin le plus faible. La force (si force y est) du régime de Deby, c’est la faiblesse de l’opposition dans toute sa diversité. Présentement il est plus qu’autrefois isolé et affaibli. La Communauté internationale, surtout américaine et européenne voit en Deby un dictateur d’une autre époque; le parrain Kadhafi est tombé, le Soudan n’a plus confiance en lui : il n’est pas fiable et n’a aucune capacité de garantir la sécurité du Soudan sur la frontière ouest, telle est la conclusion du régime soudanais dans ses rapports tumultueux avec Deby. Le mouvement social tchadien prend de plus en plus d’ampleur et d’ailleurs la sortie de Deby par son PM interposé, prouve que le pouvoir est paniqué. Le pouvoir de Deby est chancelant.

Deby et sa famille avaient décidé de battre le record de longévité de Kadhafi, càd encore 22 ans de Deby. D’ici 2032, il est peu probable que le Sud réussisse à se séparer du reste du Tchad et vivre dans la paix et dans une réelle démocratie. Ppar contre si les tchadiens de tous les horizons s’y mettent, Deby partira plus tôt et ensemble les tchadiens bâtiront un Tchad nouveau, sur des nouvelles institutions consensuelles (décentralisées ou fédéralistes) et le besoin de se séparer n’y sera plus.

Beremadji Félix
N’djaména

 Source:Tchadactuel

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher