Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 16:49

3971627.jpgLe domicile, les bureaux et le cabinet d'avocats de l'ancien président ont été perquisitionnés mardi matin.

 

Dans le cadre de l'affaire Bettencourt, Nicolas Sarkozy a été perquisitionné trois fois mardi 3 juillet, annonce le journal "Le Monde".

Une dizaine de policiers de la brigade financière et le juge d'instruction bordelais Jean-Michel Gentil se sont d'abord rendus au domicile de Nicolas Sarkozy, la Villa Montmorency - qui appartient à sa femme Carla Bruni-Sarkozy - dans le 16e arrondissement de Paris.

Juste après, les policiers ont enquêté au cabinet d'avocats "Arnaud, Claude et associés" où l'ancien président, avocat de formation, détient des parts. Les enquêteurs se sont ensuite concentrés sur les nouveaux bureaux de Nicolas Sarkozy, situés au 27, rue de Miromesnil, qu'il détient en sa qualité d'ancien chef de l'Etat.

Le juge n'aurait rien saisi, mais, selon Europe 1, l'agenda de Nicolas Sarkozy a été récupéré chez l'huissier où il avait été récemment déposé.

"Des actes inutiles" selon son avocat

"En l'absence de M. Nicolas Sarkozy, parti hier en famille au Canada, comme cela était annoncé de longue date", le juge Gentil "a perquisitionné ce jour son domicile et les locaux mis à sa disposition par la République", a expliqué à l'Agence France-Presse (AFP) Me Herzog, l'avocat de l'ancien chef d'Etat.

"Ces perquisitions, alors qu'avaient été envoyés à ce magistrat, depuis 15 jours, tous les éléments nécessaires, se révèleront être, ce qu'on peut en attendre, des actes inutiles", selon l'avocat, qui précise avoir envoyé le 15 juin "les extraits certifiés conformes de l'agenda de M. Nicolas Sarkozy pour l'année 2007". Ces documents démontrent selon lui "l'impossibilité absolue de prétendus 'rendez-vous secrets' avec Mme Liliane Bettencourt".

L'avocat précise aussi avoir, dans ce courrier, informé le juge "que la totalité des déplacements et des lieux, où s'était rendu Nicolas Sarkozy durant l'année 2007, l'avait été sous le contrôle des fonctionnaires de police chargés d'assurer sa sécurité".

Il explique avoir de nouveau écrit au magistrat ce mardi pour lui donner l'identité de ces policiers, "afin qu'ils puissent certifier qu'il n'y a eu qu'un seul rendez-vous le 24 février 2007, à son domicile, avec M. André Bettencourt", époux défunt de Liliane Bettencourt.

Sans immunité

L'enquête, visant au départ des faits d'abus de faiblesse sur la milliardaire, a rapidement pris un tournant politique avec les accusations de Claire Thibout. L'ex-comptable a affirmé aux juges que Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, lui avait demandé de retirer 150.000 euros en liquide à destination de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy. D'autre part, plusieurs témoignages font état de visites secrètes de l'ancien président au couple Bettencourt dont le but aurait été de recueillir de l'argent.

Ces perquisitions interviennent alors que Nicolas Sarkozy a perdu, mercredi 16 juin, la large immunité dont il jouissait en tant que chef de l'Etat. Plus tôt dans la journée, la juge Isabelle Prévost-Desprez a été mise en examen.

 

Par Le Nouvel Observateur 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Monde
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher