Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:57

03559-copie-1.JPGMediapart rend public le contenu d’écoutes téléphoniques de Brice Hortefeux dans l’affaire des financements libyens. Le patron de la police judiciaire parisienne y explique à l’ancien ministre comment se « préparer » à une audition par les juges, en lui signalant des questions qui lui seraient posées et en lui soufflant les documents qu’il devra apporter pour assurer ses arrières.


C’est un enregistrement qui prouve une ingérence dans le cours de la justice au profit d’un homme, Nicolas Sarkozy, et au mépris de toutes les règles de procédures. Les 6 et 14 novembre derniers, le patron de la police judiciaire parisienne, Christian Flaesch, nommé au début du quinquennat Sarkozy à ce poste stratégique, a informé Brice Hortefeux, son ancien ministre de tutelle, du contenu de la procédure des juges dans l’affaire du document libyen publié par Mediapart en 2012.


Non seulement le haut policier l’a prévenu de son audition par les magistrats, comme Le Monde l’a déjà évoqué, mais il lui a surtout expliqué comment s’y « préparer », en lui signalant des questions qui lui seraient posées et en lui soufflant les documents qu’il devrait apporter pour assurer ses arrières, ainsi que le montre le contenu des échanges auquel Mediapart a eu accès.


Brice Hortefeux, au Parlement européen. © Reuters


Après l’affaire Azibert, du nom de ce magistrat soupçonné d’avoir monnayé son influence à la Cour de cassation en faveur de l’ancien chef de l’État, ces échanges confirment la porosité d'une partie de l’appareil policier et judiciaire avec le clan Sarkozy quand il est menacé par les affaires.


Interceptée lors de l’écoute d’une ligne de Brice Hortefeux, ordonnée par deux juges en charge de l’affaire sur les financements libyens de Sarkozy (dans laquelle l’ancien président a lui aussi été placé sur écoutes), cette conversation a coûté en décembre dernier son poste au chef de la PJ parisienne, sans toutefois donner lieu à des suites judiciaires.


Pourtant, dans l’une de ces trois écoutes, d’une durée totale de près de vingt minutes, l’ancien ministre de l’intérieur se renseigne sans gêne sur les procédures en cours. « Et concernant Takieddine, vous avez des nouvelles ? » questionne ainsi Brice Hortefeux. « J’en sais rien parce qu’il faut qu’on l’interroge, répond Christian Flaesch. C’est la DCPJ [la Direction centrale de la police judiciaire – ndlr] qui doit l’interroger. »


Ce n’est pas la première fois que Brice Hortefeux apparaît, à travers des écoutes téléphoniques, comme disposant d’informations privilégiées au sein de la police. En septembre 2011, il avait informé son ami Thierry Gaubert, lui aussi ancien proche collaborateur de Sarkozy, de la teneur d’un procès-verbal explosif de sa femme dans l’affaire Karachi. « Elle balance beaucoup apparemment Hélène », avait averti Hortefeux, conduisant son ami Gaubert à exercer de nouvelles pressions sur Hélène de Yougoslavie. Un temps mis en cause, Hortefeux s’était retranché derrière son « intuition » et des « rumeurs de presse », sans plus de précisions.


Débarqué de la PJ le 11 décembre dernier pour une faute « déontologique », Christian Flaesch avait expliqué à M6 deux mois plus tôt, en octobre, comment il gérait « les dossiers liés au monde politique » : « Il n'y a jamais de pression, à part peut-être celle des médias qui veulent connaître le contenu des dossiers, osait le haut policier. Notre seule pression, c'est de faire notre travail sereinement, en dehors de toutes les manipulations et de toute l'agitation qu'il peut y avoir sur un sujet. Nous nous devons de rester dans la procédure et de suivre le Code pénal. » Dans les faits, il s'est affranchi des règles, en laissant lui-même planer un parfum de manipulation.


Le 6 novembre 2013 au matin, Christian Flaesch appelle Brice Hortefeux pour l’informer que des actes d’enquête le concernant ont été demandés à la police par les juges.


« Bonjour M. le ministre, salue le policier. Je voulais vous dire que dans l’affaire du financement de la campagne de 2007 et de la plainte de Nicolas Sarkozy (…) il y a un juge d’instruction qui a été désigné et ce qu’il nous demande, c’est de vérifier votre emploi du temps ainsi que celui de Ziad Takieddine pour les 5, 6 et 7 octobre 2006. » Rien que de très normal, prévient-il : « On vous avait déjà entendu et vous aviez donné un certain nombre d’éléments, mais ne vous inquiétez pas parce qu’on va contacter tous les gens avec qui vous aviez été en contact à cette période-là pour vérifier vos déclarations. »


« Oui, mais honnêtement, je ne me souviens pas de mon emploi du temps », lance Hortefeux. Christian Flaesch lui rafraîchit la mémoire en lui rappelant qu’il est passé au sommet de l’élevage de Cournon, puis en Bretagne, et lui rappelle les noms qu’il avait déjà donnés à la police.


« Donc, ne vous inquiétez pas. On va appeler tous ces gens. Ils (les juges) nous demandent d’aller au ministère pour les agendas », dit le policier. « Un agenda sur quelle année ? Mais c’est sur toute l’année ? » semble alors s’inquiéter Hortefeux. « Non, c’est octobre 2006. Ne vous inquiétez pas », précise le “grand flic”, qui se veut rassurant.


« C’est pas la peine de dire aux juges que vous êtes déjà au courant »


Hortefeux se dit ennuyé que l’un de ses ennemis figure parmi les témoins. « Il faut lui dire que c’est dans le cadre d’une plainte déposée par Nicolas Sarkozy. Qu’il aille pas répéter partout… »


« Je préfère vous prévenir à l’avance pour que vous n’appreniez pas par la bande que l’on est en train de faire une enquête, s’excuse encore le policier. Si vous avez votre agenda, vous nous le mettez de côté. »


Le même jour, en fin d’après-midi, Christian Flaesch rappelle l’ancien ministre de l’intérieur :


—  « Ce n’est pas moi qui ai le dossier directement donc je vais (dire) au chef de service que vous êtes en situation de fournir les éléments qu’on vous demande. Et puis comme ça, officiellement, ils vous demanderont… »          

 
—   « Voilà, voilà, acquiesce Hortefeux. Bon, ben, je dis à Martine [sa secrétaire – ndlr]… »   

                 
—  « … de se tenir prête, enchaîne le policier. Et qu’on va lui demander précisément des choses sur votre agenda et je vais dire aux enquêteurs que vous l’avez retrouvé et que votre secrétaire peut extraire ce qui nous intéresse. »


—  « D’accord », approuve Hortefeux avant de s’enquérir du sort de Takieddine.


Le 14 novembre, Christian Flaesch est à nouveau en ligne. Cette fois, il annonce son audition prochaine à Brice Hortefeux. « Déjà, bonne fête avec 24 heures de retard ! » lance-t-il d’abord guilleret. La veille, le 13, c’était en effet la saint Brice. « Ça, c’est très gentil, répond Hortefeux, flatté. Voilà ce que c’est d’être un homme informé. »

FLAESCH.jpgL'ancien patron de la PJ parisienne, Christian Flaesch. © Reuters


Christian Flaesch mentionne aussi un plantureux déjeuner pris avec le sénateur Pierre Charon, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. Le briefing peut commencer :

 

—  Le policier : « Bon, suite à la conversation de l’autre fois, ce sont les juges qui vont vous convoquer et vous demander notamment de fournir vos agendas. »

 
—  Hortefeux : « D’accord. »

 
—  Le policier : « Ça veut dire que vous les préparez et que vous attendez la convocation. »

 
—  Hortefeux : « Oui, je crois que c’est le 20 décembre. (…) Alors, simplement, il faudrait que je prépare les agendas de quand en fait ? »

 
—  Le policier : « 2006, c’est les dates que je vous avais demandées. »

 
—  Hortefeux : « D’accord. »

 
—  Le policier : « À mon avis, il faut y aller avec des photocopies ou avec l’original. En tout cas, ils vont vous demander des précisions là-dessus. Et quand vous les voyez, c’est pas la peine de leur dire que vous êtes déjà au courant parce que je vous ai appelé. C’est pas… »

 
—  Hortefeux : « Ah d’accord, d’accord ! »

 
—  Le policier : « … pas utile, parce que je l’ai fait comme ça, quoi. (…) Pour vous préparer. »


Christian Flaesch sait bien que ses coups de fils sont parfaitement irréguliers sur le plan procédural.

 

Brice Hortefeux n’est pas encore au clair :


— « C’était octobre la réunion ? Je ne me souviens plus… »

 
— Le policier : « Oui, enfin, vous n’êtes pas obligés d’arriver avec tous les agendas. De toute façon, vous pouvez leur dire que vous leur fournirez plus tard ou vous allez envoyer quelqu’un le chercher pendant l’audition. »

 
—  « Je ne comprends pas pourquoi il faut recommencer… », se plaint l’ancien ministre.


—  «  Parce qu’il y a des précisions, notamment par rapport… parce que là vous étiez interrogé sur la possibilité que vous soyez parti de Clermont. »

 
—  Hortefeux : « Oui. »

 
—  «  En Libye. Et là, ce serait pour la Suisse. »

 
—  Hortefeux : « Pour la Suisse ? C’est marrant que vous dites ça. Mediapart m’avait interrogé il y a deux ans. Il y avait une histoire de Suisse. (…) J’ai pas foutu les pieds en Suisse, heu, je ne suis pas allé à Genève depuis vingt ans. »

 
—  « En tout cas, ça va être nos vérifications sur votre emploi du temps », commente Christian Flaesch.
Brice Hortefeux signale que son emploi du temps ministériel était « très public ». « À tout point de vue, j’ai pu remarquer qu’il était difficile d’être discret quand on était au gouvernement, précise-t-il. Ça, c’est quelque chose que j’ai bien mesuré. »

 
—  « Je vais essayer de retrouver, poursuit Hortefeux. Depuis notre conversation, j’ai pas retrouvé mon agenda. Je ne pense pas l’avoir égaré ou perdu. » (…)


Le policier et l’ancien ministre de l’intérieur devisent enfin sur un dossier que prépare L’Express sur Claude Guéant, l’ancien secrétaire général de l’Élysée et ministre de l’intérieur, qui se retrouve lui aussi mêlé à plusieurs affaires judiciaires (Tapie, Kadhafi…). « Alors j’ai reçu, je vous le dis, des journalistes – m’enfin vous devez être au courant – qui travaillent à L’Express beaucoup sur Guéant », dit Hortefeux. Le policier abonde : «  Oui, bien sûr, je suis au courant. » Sans dire comment il l’est.


«  Ils m’ont dit qu’ils avaient vu Claude, très bien. Ils ont rencontré Takieddine six heures ! » s’étonne l’ancien ministre. « Ça va encore nous faire du boulot, les déclarations de Tak ! » se plaint le policier. Hortefeux conclut : « Oui, je pense. Visiblement, là, il était très calme. Je ne sais pas ce qu’il leur a dit… »

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Monde
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher