Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 23:37

kadhafidebymeDans la déclaration finale du sommet de Deauville, les dirigeants des huit nations les plus industrialisées, Russie comprise, appellent au départ du colonel Mouammar Kadhafi. Moscou propose sa médiation pour négocier la sortie du "Guide" mais Paris et Londres annoncent d'ores et déjà une intensification des bombardements. Pour le régime de Kadhafi, la position du Kremlin est une mauvaise nouvelle.


"Mouammar Kadhafi et le gouvernement libyen ont failli à leur responsabilité de protéger la population libyenne et ont perdu toute légitimité. Il n'a aucun avenir dans une Libye démocratique et libre. Il doit partir." Les mots choisis par les dirigeants des huit nations les plus industrialisées - réunis depuis deux jours à Deauville - pour décrire, dans la déclaration finale du sommet du G8, la situation en Libye sont forts.


Encore plus fort est le ralliement de la Russie à cet appel, alors que Moscou a exprimé ces dernières semaines ses réticences sur l'opération de l'Otan sur le territoire libyen, débutée mi-mars. Le Kremlin jugeait en effet qu'en bombardant les résidences de Kadhafi, l'Alliance sortait du mandat fixé par l'ONU dans le cadre de la résolution 1973.


Mais ses partenaires du G8 l'ont semble-t-il convaincu du nécessaire départ du "Guide". "Oui, nous sommes prêt à l'admettre, il [Mouammar Kadhafi] doit partir", avait d'abord déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov. Le président russe, Dmitri Medvedev, est allé plus loin, indiquant lors de sa conférence de presse vendredi après-midi que "le monde ne considérait pas Kadhafi comme le leader légitime de la Libye". Pour le régime libyen, qui a enregistré de nouvelles défections dans ses rangs ces derniers jours et qui se trouve toujours aux prises avec les rebelles sur le terrain, ce changement de ton côté russe est une mauvaise nouvelle.


Vers une intensification des frappes

Dmitri Medvedev entend toutefois peser de tout son poids pour imposer une solution politique. Il a pour cela proposé la médiation de son pays. "Si le ton respectueux qu'observe la Russie dans son dialogue avec les autorités libyennes aidait Mouammar Kadhafi à prendre la bonne décision, ce serait à mon avis une contribution sérieuse et importante de notre part au règlement d'une situation grave et potentiellement encore plus dangereuse pour la Libye et la région", a commenté son vice-ministre des Affaires étrangères.


Lors de sa conférence de presse de clôture du sommet, Nicolas Sarkozy a jugé "bienvenue" l'aide de Moscou pour régler la crise libyenne. Mais le président français ne semble pas trop y croire. Selon lui, il n'y a en effet "pas de médiation possible" avec le dirigeant libyen. Interrogé sur un probable refus du dirigeant libyen de quitter le pouvoir, le président français a esquissé la réponse de la coalition internationale engagée en Libye : "Intensification de l'intervention militaire pour protéger les populations."


Un scénario confirmé quelques instants plus tard par le Premier ministre britannique, David Cameron, qui a précisé que les opérations allaient entrer "dans une nouvelle phase". Après Paris, Londres a d'ailleurs confirmé vendredi l'envoi d'hélicoptères d'attaque sur place, capables de repérer les troupes fidèles à Kadhafi qui se mêlent à la population. Avant même la fin du G8, Barack Obama et Nicolas Sarkozy avaient donné le ton, déclarant, à l'issue d'un tête à tête : "Nous sommes déterminés à finir le travail". Tout est dit.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Afrique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher