Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 08:34

03559-copie-1.JPGQue s’est-il passé à N’Djamena, capitale du Tchad, mercredi? Une véritable tentative de coup d’État ou une opération « règlement de comptes » de la part du pouvoir en place depuis vingt-deux ans? Alors que l’armée tchadienne, invitée d’honneur du défilé du 14-Juillet sur les Champs-Élysées, a été en première ligne au Mali aux côtés des troupes françaises, les événements de cette semaine, qui ont causé la mort de trois personnes selon les autorités, de 30 selon les opposants, posent question.

Vendredi, lors d’un point de presse dans la capitale, les avocats du député Saleh Makki et du général Weiding Assi Assoue, arrêtés après l’annonce d’un présumé « complot » contre le régime d’Idriss Déby, ont dit leur angoisse. « Nous nous inquiétons pour la vie et l’intégrité physique et morale de nos clients », a déclaré à la presse l’avocat Mahamat Hassan Abakar.

Au moins quatre personnalités ont été emprisonnées depuis le milieu de la semaine sans que l’on ait de leurs nouvelles : le général Weiding, ancien ministre de la Défense et ancien chef d’état-major général des armées ; le général Gomine, directeur de la justice militaire ; le député Saleh Makki ; le député du MPS (le parti du président Déby) Mahamat Malloum Kadre. Les autorités n’en démordent pas : tous participaient à la préparation d’un coup d’État destiné à renverser Déby, au pouvoir depuis décembre 1990 grâce à la France, qui l’avait aidé à chasser son ancien compagnon d’armes Hissène Habré. « Un groupe d’individus préparait un complot contre les institutions de l’État. Mais ce groupe est suivi depuis le mois de décembre par des services de sécurité et mercredi, à l’occasion de l’une de leurs réunions, les forces de l’ordre sont intervenues pour les arrêter », a affirmé jeudi le chef de la diplomatie tchadienne, Moussa Faki.
La situation est tendue au Tchad depuis plusieurs mois. Les rebelles de l’Union des forces de la résistance, qui avaient déposé les armes en 2009, ont annoncé depuis le Qatar fin mars vouloir reprendre les hostilités contre le pouvoir. Selon l’universitaire Mathieu Guidère*, « la tentative de soulèvement mais pas de coup d’État au sens propre du terme s’explique par une volonté des opposants de s’opposer au mode de gouvernance exercé par Déby et par la guerre au Mali ».
Déby veut imposer son fils
Déby, qui souhaite imposer son fils à la tête du pays, l’a par ailleurs nommé chef d’état-major des armées avant d’envoyer les troupes au Mali contre la volonté de ses militaires et des chefs des autres clans que le sien. Alors que les troupes rentrent au pays, Déby n’aurait pas prévu d’indemniser financièrement les parents de la centaine de soldats tchadiens qui, selon plusieurs sources, seraient morts au Mali. D’où la colère d’opposants et de militaires qui auraient décidé d’aller se servir directement dans les caisses de l’État. Le régime serait parvenu à les en empêcher, profitant au passage de l’occasion et de l’appui implicite de Paris, reconnaissant de l’aide apportée au Mali, pour régler ses comptes avec d’anciens compagnons de route, jugés désormais trop peu loyaux.

JDD

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Afrique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher