Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 11:40

Enoch-Djondang.jpg(...) Au Tchad, des dizaines de tentatives de rébellions armées ont fini dans les WC de l’Histoire en simples luttes fratricides entre clans armés pour le pouvoir, incapables de capitaliser les vrais attentes des populations en forces de propositions républicaines, de donner l’exemple du brassage et de l’unité nationale dans leurs propres rangs et de se libérer des préjugés moyenâgeux. De même, les partis politiques civils, après avoir instauré une démocratie corporatiste (pas d’élus indépendants), contribuent à la consolidation des clivages néfastes à l’émergence d’une société citoyenne progressiste et libre, et à la rétrogradation de l’intérêt populaire pour un processus électoral débouchant sur un pesant statu quo dangereux. Après un tel passage à vide de l’Histoire, il va falloir beaucoup réfléchir avant d’entreprendre de nouvelles aventures collectives, non pas qu’elles soient impossibles ou inopportunes, mais simplement pour ne pas finir par « chier » dessus, comme tant de fois passées !

·        La jeunesse tchadienne est fondée, en tout point, à revendiquer ici et maintenant sa place sur l’échiquier national (elle est majoritaire), après avoir été instrumentalisée dans les luttes fratricides et laissée pour compte dans la navigation à vue générale du pays ; cependant, elle devrait tirer tous les enseignements sur le passé récent, bien baliser sa vision pour ne pas tomber dans des pièges grossiers où elle aurait servi de faire-valoir pour les autres contre elle-même ! En effet, la classe politico-militaire tchadienne usée et impitoyable, telle une horde de vautours, n’hésitera pas un instant à profiter des cadavres de jeunes sacrifiés pour se repositionner comme d’habitude au soleil. Si la jeunesse tchadienne voudrait prendre ses responsabilités, que ce soit par rapport à son propre sort présent et futur, ce qui lui sera légitime et non manipulable : Conseils d’un pionnier de la quête de liberté et de dignité que nous assumons pleinement !

·        L’analyse des traits communs aux mouvements de jeunesse au Maghreb révèle ceci : 1) des manifestations publiques à découvert, avec le risque accepté de se faire massacrer, 2) l’utilisation des NTIC pour faciliter la coordination et le suivi de l’opinion internationale, 3) le respect du patrimoine national et 4) la réprobation de la violence. Il ne s’agit pas de se cacher derrière des pseudos dans un pays d’accueil et de débiter des âneries répugnantes et dépourvues d’arguments contre tel ou tel sur le Net, comme le font à cœur joie sans aucun résultat nos compatriotes depuis. Trois repères pour tenter de jauger le cas des Tchadiens : (i) le souvenir de la panique du 22 mars 2006 où N’Djamena fut sens dessus-dessous suite à un seul coup de feu inaudible, (ii) la rage de détruire le patrimoine national pendant les évènements de février 2008 et (iii) l’étrange indifférence générale après le constat confirmé de la disparition d’un leader politique et d’un millier de compatriotes suite auxdits évènements : voilà la spécificité tchadienne, pour le moment et jusqu’à preuve du contraire ! Alors, quand depuis des années, les étudiants grèvent pour que l’année académique ne soit plus élastique, ils sont seuls face aux grenades lacrymogènes et aucun parti politique n’a fait du règlement du problème universitaire sa priorité, préférant le partage des postes au gouvernement et ailleurs. De même, quand les magistrats grèvent en ce moment pour la restauration de l’indépendance du pouvoir judiciaire, ils sont seuls alors que tous les partis le promettent dans leurs programmes couper-coller ! Pas de snobisme aveugle, faut être responsable !

Il y a beaucoup de leçons à tirer de ce qui se passe en ce moment en Libye : ce dilemme propre aux Etats africains et qui voudrait que, pour régler des problèmes récurrents de dictatures féroces et de refus de l’alternance, les peuples opprimés et à bout n’aient d’autres choix que de se prêter au jeu de l’interventionnisme étranger pour détruire encore davantage leur patrimoine national et les insignes de leur souveraineté confisqués par une minorité, le résultat étant, en fin de compte une remise aux enchères du pays au profit de l’impérialisme et du néocolonialisme et les espoirs déçus de peuples sacrifiés !

 

         Enoch DJONDANG

< enochdjo@yahoo.fr Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. /

Discussions sur http://www.facebook.com/Enoch-Djondang

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Afrique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher