Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 06:14

 2711336665752.jpgLE PLUS. Après la défaite, l'UMP refuse de regarder les dérives du sarkozysme en face. C'est pourtant la seule façon pour elle d'éviter la division face au FN et l'implosion, explique Aurore Gorius, auteur du livre "Les Gourous de la com'". Par Aurore Gorius

Certains pensent que c'est un peu tôt, législatives obligent. D'autres ont, dans l'entre-deux tours déjà, remis en cause la stratégie droitière du "gourou" de l'Elysée, Patrick Buisson. Mais les critiques restent en sourdine, pour l'instant.

Un inventaire incontournable

Au lendemain de la défaite de Nicolas Sarkozy, aucun ténor de l'UMP n'a le courage de tirer les leçons du quinquennat qui vient de s'achever. L'inventaire du sarkozysme n'a pas (encore) commencé. Il sera incontournable si la droite veut se reconstruire et préserver son unité. En attendant, alors que le gouvernement Fillon a démissionné ce jeudi, l'ancienne majorité s'apprête à vivre l'un des mois les plus longs de son histoire.

De tous côtés, la maison UMP menace de craquer sous les coups de butoir du Front national. En tête de chapitre, la "droite populaire" peaufine ses velléités d'indépendance. Selon les calculs du président de l'Institut CSA, Bernard Sananès, avec l'hypothèse d'un FN à 15% et une abstention égale à celle de 2007 (37%), le parti de Marine le Pen pourrait se maintenir au second tour dans 104 circonscriptions. Autant de triangulaires ? Le FN ouvre grand sa porte à une alliance avec l'UMP, option rejetée hier par Jean-François Copé.

La même Marine le Pen s'esclaffait mercredi, dans un documentaire diffusé sur Canal+ ("Les stratèges"), devant le clip de campagne de Nicolas Sarkozy dans l'entre-deux tours : "merci Sarkozy" ! Cette petite vidéo résume à elle seule la dérive droitière.

La thématique des "frontières", succédant à celle des "valeurs", après "l'identité nationale" érigée en ministère, n'ont pas fini de laisser des traces. C'est le premier "boulet" de l'ère sarkozyste : ce rejet de l'autre (la division permanente) qui revient dans la figure de l'envoyeur.

Hommages

Ce n'est pas le seul héritage problématique du sarkozysme. Le style de présidence n'a pas suscité beaucoup de critiques à droite. François Fillon, première victime collatérale de l'hyper-présidence à son poste de Premier ministre, a fait part mercredi de sa "fierté" d'avoir servi la France "sous l'autorité du chef de l'Etat".

Ici et là, on entend des hommages au président sortant, à son courage, à son énergie... Paroles de circonstances, plus ou moins sincères. La droite est-elle prête à les dépasser ? Pendant la campagne, l'opposition s'est chargée de faire le bilan du président sortant. La droite doit maintenant le faire pour elle-même.

Faire porter le chapeau à un seul homme, Patrick Buisson, serait une porte de sortie facile. Les responsabilités sont partagées. Les ténors de la majorité, les ministres, François Fillon resté cinq ans à Matignon, les parlementaires, tous ont soutenu le président jusqu'au bout, ne se démarquant que tardivement et à demi-mots pour certains. Dans un quinquennat très rapidement parti à la dérive, la droite n'a pu empêcher une fuite en avant qui a conduit à l'impopularité que l'on sait. Et à une défaite collective.

Acheter la gauche ne suffira pas

L'esprit revanchard semble avoir pris le dessus depuis la défaite du président sortant. Les deux Falcon utilisés pour rapatrier François Hollande et son équipe au soir de la victoire sont renvoyés dos à dos avec le Fouquet's ou le yacht de Bolloré.

C'est refuser de voir combien ces deux évènements ont joué le rôle de révélateur d'un quinquennat sarkozyste tourné vers les puissances d'argent, favorisant les plus aisés – le bling-bling, tant reproché... C'est aussi un avertissement pour François Hollande. L'exemplarité ne souffre pas beaucoup d'exceptions.

Mais pour relever la tête après la défaite, et offrir un visage digne, accabler la gauche ne suffira pas. Si le nouveau président n'aura pas droit à un état de grâce, la droite n'aura pas beaucoup de temps pour se refonder sur des bases saines. A défaut d'inventaire, elle risque l'implosion.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Monde
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher