Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 09:47

 

adoum-kougou.jpg

Les propos du Président IDRISS DEBY sur la base militaire française aussi bien que la question de l’UFR ont donné lieu à une extraordinaire cacophonie dans les média ces derniers jours.

 Pour notre part, nous avons volontairement tu nos divergences au sein de l’UFR pour ne pas ajouter à la confusion semée par les propos fantaisistes des acteurs de l’opposition armée tchadienne. Nous avons donc décidé de rompre le silence, de dire un minimum, et le reste en temps utile.

 

A propos du cinquantenaire de l’indépendance du Tchad, nous avons noté que les « festivités » ont été repoussées à 2011 pour « retard des travaux devant donner un éclat particulier » à ce demi-siècle tourmenté de l’histoire récente de notre pays. Mais ce report n’a pas empêché le Président de remettre en cause les conditions de la présence militaire française. Cette présence est ininterrompue (à trois ans près) au TCHAD depuis le début de la conquête coloniale. Nous sommes simplement surpris que c’est le Président qui a le plus bénéficié du bouclier qu’est cette présence qui découvre subitement qu’elle n’est plus compatible avec la souveraineté nationale. Mais cette déclaration cache mal le malaise entre Paris et N’Djaména sur des dossiers comme la corruption du régime, la question des droits de l’Homme, la FrançAfrique, …

 

Et l’opposition armée qui a toujours dénoncé, mis en garde, voire menacé la France pour sa permanence dans le pays prend fait et cause pour la perpétuation de la base française au TCHAD ! Comme c’est curieux ! L’UFR ou plutôt ce qu’il en reste, nous offre le spectacle d’un « débat public » sur une question qui n’a jamais, à notre connaissance, été discutée en son sein. Mais cette opposition qui n’est pas à une contradiction près  nous a servi, il n’y a pas si longtemps, deux explications opposées sur la présence à DOHA au QATAR de certains dirigeants de l’opposition armée. Et pour le bouquet, voilà une discussion « savante » sur un prétendu remaniement de la Direction de l’UFR.  Dans quel monde on est ?

 

Il est vrai que la situation aux confins tchado-soudanais est tellement opaque qu’il est difficile d’y discerner la réalité de l’opposition armée tchadienne, particulièrement ce qu’il reste de l’UFR.

 

expulsion gitansMême si certains « géniteurs » de l’UFR ont du mal à l’accepter, force est de constater que cette organisation a failli à sa mission de mener une guerre de libération nationale en vue de renverser le pouvoir dictatorial de Ndjamena. C’est triste pour une union acquise au forceps certes mais qui, bon gré mal gré avait pu constituer le brassage des éléments de différents mouvements sous un commandement militaire unique, prémices d’une véritable lutte de libération nationale, chose assez exceptionnelle dans le paysage politico militaire tchadien pour être signalé. En vérité, l’Union était minée dès le début par une profonde crise de leadership caractérisée par un manque indéniable d’une vision éclairée et nationale de la lutte, une carence avérée de stratégie politique, d’initiative diplomatique pragmatique et constructive tant sur le plan national qu’international.

 

Pire, après la cuisante défaite de mai 2009 face aux forces gouvernementales, conséquence directe de l’incurie de sa direction politique, l’UFR s’est révélé une copie conforme du MPS. Les intrigues stériles, les démarches sectaires, le clientélisme, les conflits entre cliques, entre clans, la recherche de satisfaction narcissique, les détournements des ressources de l’organisation à des fins personnelles, le fourvoiement, les magouilles politiciennes, la calomnie, le sabotage et autres manipulations ont trouvé un terreau fertile annihilant inéluctablement la plus grande partie de l’énergie, du temps et des espérances des militants et jetant aux orties les causes mêmes de notre engagement.

 

sculpture221-1-.jpgCette triste réalité s’est illustrée par :

-    Un refus obstiné de débat pour situer les responsabilités et tirer les leçons de « l’échec d’AMDAM » et donc de penser un minimum de  tactique militaire rationnel capable de mener des opérations efficaces ;

-    Des cafouillages dus à l’impréparation des rencontres de Genève pourtant capitales car il s’agissait d’une opportunité de discussions indirectes avec le gouvernement tchadien (unique initiative diplomatique au crédit de l’Union);

-    Le blocage volontaire du fonctionnement des organes statutaires (réunions du B.E., boycott de la convocation du CSR), refus de convoquer le Collège des Présidents, malgré le scandale du détournement notoire des fonds de l’Union.

 

De fait, l’UFR a volé en éclats le 4 novembre 2009 lorsqu’à l’issue d’une réunion bâclée du « Bureau Exécutif élargi aux Présidents des Mouvements », le Président TIMANE a mis un terme définitif à toute discussion sur la convocation du CSR et les malversations financières, en  annonçant à brûle-pourpoint et en dépit du bon sens, qu’il voyageait le lendemain matin « pour rejoindre la troupe ! ». Quelle est l’existence d’une organisation incapable de faire le moindre bilan de ses activités et dont les premiers responsables refusent de s’expliquer sur un passif lourd de soupçons ? Mais que reste-t-il de l’UFR ?

 

Une foule de titres. C’est curieux comme les tchadiens semblent tenir aux titres acquis au sein d’organisations (parfois très éphémères) même lorsque celles-ci n’ont plus aucune réalité. On penserait qu’il s’agit de titres universitaires ou professionnels dont tout leur avenir dépendrait.  Alors on se demande pourquoi le « remaniement » du fantomatique Bureau Exécutif prend une telle tournure, surtout lorsqu’on connaît le quidam qui est derrière et que ce Bureau ne se réunira sans doute jamais.

 

L’UFR est un cheval mort même si certaines de ses composantes survivent avec quelques difficultés dans des environnements globalement hostiles. Il est  temps d’arrêter d’abuser l’opinion publique et les amis sincères du TCHAD. Quant à nous, en tant que précurseurs de l’Union, nous  réaffirmons notre attachement à l’action unitaire, seule capable de faire face au régime de Deby. Nous lançons ici, une fois encore, un vibrant appel à tous les patriotes intègres, conscients, majoritaires dans tous les mouvements et qui, comme nous, jugent que le moment est venu de sortir la lutte de l’impasse.

 

image dimensions.phpPar conséquent, il est aujourd’hui nécessaire de  penser une alternative autre, conduite autrement, avec une vision originale des choses, qui prenne en compte le nouvel environnement politique et diplomatique régional,  une autre façon de faire et dont les forces acceptent de collaborer franchement dans un projet de Salut National. Il faut que nous nous donnions l’opportunité de penser une stratégie nouvelle au sein de l’opposition armée, pour penser véritablement la lutte de libération nationale. Nous devons penser et construire une union débarrassée des calculs de chapelle, de la culture de l’intrigue et des conflits entre cliques. Une union dont le seul leitmotiv est la libération de notre pays, de notre peuple des griffes d’une des dictatures les plus implacables de l’Afrique.

 

C’est notre unique chance pour le changement, un changement qualitatif. C’est indiscutablement une raison forte pour lancer un appel à tous pour rejoindre le FPRN/UFC.

 

ET LA LUTTE DANS L’UNITE CONTINUE !

LE 18 AOUT 2010

 K. ADOUM YACOUB

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher