Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 11:53

 

Le mois de mars ne porte pas bonheur à l'armée française. Souvenez-vous: elle a commencé la guerre de Diên Biên Phu le 13 mars 1954 et elle l'a perdue! Elle a déclenché la guerre en Libye le 19 mars 2011, va-t-elle la perdre comme elle a perdu Diên Biên Phu?


0804dien8ll9.jpg2132648.jpg

                 Ðiên Biên Phú, 1954.                                              Brega, 2011

              La France prise au piège de l'expansionnisme impérialiste?

686603 france-s-president-sarkozy-waits-for-the-start-of-th10737050-ae53-11e0-a4a2-3a1c8c46c2d9

Ðiên Biên Phú était une bourgade située aux confins du Tonkin et du Laos. C’est dans cette cuvette de 16 km de long que s’acheva la guerre d’Indochine, le plus long conflit mené par la France au XXe siècle. Les troupes dites de l’Union française y affrontèrent l’essentiel du corps de bataille -viêt-minh. Chef de cette armée, le général Giap était décidé à enlever coûte que coûte cette base, dans la perspective de la conférence de Genève.

Le 13 mars 1954, Giap déclencha l’attaque. Mauvaise surprise pour les défenseurs : la puissance de l’artillerie ennemie qui, installée à flanc de colline, balayait la plaine de ses tirs. Le 17, le terrain d’aviation, poumon de la base, devint impraticable. D’emblée, le sort de Diên Biên Phu semblait scellé. Pour empêcher la défaite, Paris n’espérait plus que dans l’aide de l’aviation américaine. Finalement, le président D. Eisenhower renonça à cette intervention. Abandonnés à eux-mêmes, les Français n’avaient pas les moyens de sauver Diên Biên Phu. Giap procéda à l’étouffement méthodique du camp. Le 1er mai, il lança l’offensive finale. Diên Biên Phu tomba le 7 mai. Le lendemain s’ouvrait la phase de la conférence de Genève consacrée à l’Indochine …

Avec ses 55 jours de résistance désespérée, Diên Biên Phu fait partie des défaites héroïques de la France. Jusqu’à la fin, il se trouva des volontaires pour se faire parachuter sur le camp. Aux souffrances des blessés dont l’adversaire refusa l’évacuation durant la bataille s’ajouta le calvaire des prisonniers qui durent marcher des centaines de kilomètres dans la jungle en pleine saison des pluies et dont la moitié succomba. En 1954, la promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr reçut le nom de « Ceux de Diên Biên Phu ».

Jacques Dalloz
historien, spécialiste de la guerre d’Indochine

=========================================================================

LIBYE. Tripoli, l'objectif incertain    

La demande d'aide militaire des rebelles à la France a-t-elle été entendue ? Pas sûr. Par Sarah Diffalah

Une nouvelle fois, par l'entremise du philosophe Bernard-Henri Levy, les rebelles libyens sont venus, mercredi 20 juillet, demander l'aide de la France pour battre les forces loyalistes du colonel Kadhafi.

20110320PHOWWW00107La délégation arrivée de Misrata et composée notamment du général Ramadan Zarmuh, du colonel Ahmed Hashem et de Suleiman Fortia, représentant du Conseil national de transition (CNT), a été reçue dans la matinée par le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, avant de donner une conférence de presse, accompagnée par Bernard-Henri Levy. Les rebelles, présentés par le philosophe comme des "représentants d'une ville qui a repoussé les chars de Kadhafi tout le long de ces semaines d'agonie", ont affiché leur satisfaction de voir la France à leurs côtés depuis le début de l'insurrection.

"La 2ème DB de la libération de Tripoli"

"Les commandants insurgés sont venus expliquer au chef de l'Etat que les clés de Tripoli sont à Misrata parce que ses combattants sont disciplinés, aguerris aux combats de ville et qu'ils ont en eux l'expérience d'une victoire militaire déjà obtenue" face à Mouammar Kadhafi, a affirmé Bernard-Henri Lévy. "J'ai la conviction, que s'il y a des hommes capables de marcher sur Tripoli et de la libérer, ce sont eux. La 2ème DB de la libération de Tripoli sera en grande partie composée de ces hommes", a-t-il renchéri.

dbphuxi3.jpgA en croire le soutien indéfectible de la cause libyenne et les insurgés, la Libye insurrectionnelle est aux portes de la victoire. "C’est une question de jours", ont assuré les chefs militaires. Sans avancer de chiffres, ils ont garanti que leurs combattants étaient en nombre suffisant pour attaquer les forces du régime. "La capitale est encerclée par les rebelles et les Tripolitains attendent notre arrivée pour se soulever", a assuré l'un des chefs militaires. Dans le même temps, le ministre de la Défense Gérard Longuet, a confié au Nouvel Observateur que les rebelles ne pouvaient pas aller jusqu'à Tripoli, parce "qu'ils n'étaient pas assez nombreux".

images.jpgLa France discrète

Pour en arriver là, il leur manque l'essentiel : des armes, des munitions et la France serait leur seul salut. Certes, Nicolas Sarkozy a initié la guerre en Libye, a réussi à convaincre ses alliés de lancer une opération militaire qui visait dans un premier temps à protéger les populations civiles des bombardements kadhafistes puis à obtenir le départ du guide libyen. Quatre mois plus tard, la stratégie française est toujours aussi incertaine bien que le gouvernement assure que les jours de Kadhafi sont comptés.

A la question de savoir si le chef de l'Etat avait répondu positivement à leurs demandes d’aides militaire et humanitaire, les représentants des rebelles ont botté en touche. "On a abordé les affaires militaires. La France est importante pour nous et nous aide et les choses évoluent sur le terrain", a répliqué évasif Suleiman Fortia.

photo 1288560478385-1-0Départ de Kadhafi ?

Sur le plan diplomatique, la présence du colonel Kadhafi sur le sol libyen a été rejetée par les rebelles. Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a de son côté confirmé que Mouammar Kadhafi pourrait rester dans le pays à condition qu’il n’occupe aucune responsabilité politique.

Un revirement à 360°, qu'avait déjà évoqué photo 1306685842252-1-1Gérard Longuet il y a quelques jours. En dépit de cette divergence manifeste, les chefs militaires ont témoigné leur plus grande confiance dans l’Etat français. Pourtant, la stratégie militaire est à bout de souffle, les défections attendus dans l'entourage du colonel n'ont pas lieu aussi rapidement que prévu et la voix diplomatique et négociée semble bloquée.

Sarah Diffalah – Le Nouvel Observateur


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Monde
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher