Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 15:34

  Sans titre3Idriss Deby s'est accaparé du pouvoir en décembre 1990, à la suite d'une rébellion soutenue par le Soudan, la Libye, la France et appuyée tactiquement par le grand sud Tchadien, et a permis la chute de l'ancien tueur Hissein Habré. 

 

Son discours de la prise du pouvoir le premier décembre 1990 adressé à la nation  était " je vous apporte ni or ni argent mais la démocratie et la liberté".   

Malgré, cette belle unité élémentaire de l'énoncé du message, l'usurpateur n'a pas caché ses intentions de vouloir se maintenir au pouvoir puis de le transmettre plus tard aux membres de sa famille. C'est ainsi qu' il a changé l'ensemble des idées républicaines par les méthodes monarchiques sans autant chercher la manière de savoir et de comprendre avec exactitude le sens réel de la démocratie, d'exposer ses idées, de découvrir ses vérités, ses qualités, ses indications, ses démarches organisées et ordonnées pour aboutir à l'esprit qui, selon la démocratie citoyenne,  devient la régle commune de la nation dite civilisée c'est-à- dire que le peuple s'empare du pouvoir et constitue ainsi un progrès aux décisions des affaires de la République, en imposant sa faculté de vouloir, sa manifestation de l'autorité au pouvoir et le temps futur du régime est sous sa sujétion. 

Avant de pouvoir continuer, il faut définir avec précision la démocratie comme: principe d'une nation organisée et unifiée,  administrée par un gouvernement auquel les régles sont les mêmes pour tous et les droits communs pour tous, pas une distinction, pas une imposition. 

La démocratie politique ne signifie pas tuer, détruire, diviser, discriminer, néanmoins elle signifie rassembler et réconcilier la grande communauté humaine divisée comme la nôtre à revivre ensemble côte à côte dans la paix, la fraternité, l'affection, l'égalité, la diversité, la justice, le bon voisinage, le respect mutuel et des relations véritablement pacifiques et durables. 

La démocratie est un moyen d'exprimer son opinion dans une délibération, elle ouvre une voie marquée par le dialogue de civilisations dans plusieurs domaines d'égalités: égalité politique, égalité des conditions sociales, économique, culturelle et religieuse. 

La démocratie traite les citoyens sur le pied d'égalité avec une cordialité très égale, elle s'applique à tout le monde dans les mêmes conditions en offrant les mêmes chances à tous les citoyens.

La démocratie présente plusieurs différences qualitatives d'un territoire à l'autre c'est-à- dire les systèmes ne sont pas les mêmes, chaque pays a sa manière de démocratiser, en ce sens, que la démocratie tchadienne soit comme celle du Ghana ou de l'Afrique du sud.

Voci à peu près les principes fondamentaux de la connaissance démocratique qui se cherchent aujourd'hui et qui se montrent brusquement au Tchad.

Peut-on étudier simultanément l'idée de la démocratie et l'ensemble des comportements et des réfléxions générales du régime et de celui qui le dirige pour mieux juger leurs similitudes parfaites et les différences qu'elles jouent entre la nation?

 

Le systeme politique est au service du pouvoir en place : plus réligieux, plus clanique, plus régional et plus discriminatoire. L'espéce humaine se range par plusieurs catégories de groupes d'importances. C'est pourquoi, il existe des classements des éthnies donnant le droit et la valeur aux unes dites supérieures d'opprimer les plus inférieures inhumaines.

La problematique majeure de ce pays, c'est que la différence réligieuse qui inspire la vision des problemes politiques, sociaux, économiques et culturelles entre le sud et le nord. Hier, c'était votre tour, aujourd'hui c'est le notre maintenant dit-on. Cest appareil qui sert a distinguer les individus et a reproduire les objets par estampage la qui fait que le régime traite les citoyens selon leur réligion et provenance.

Pourquoi contourne-ton la vérité au lieu de les attaquer, de les représenter par un développement détaillé, de présenter des solutions avec les développements et explications nécessaires aux regards du public afin de resoudre l'état de la gravité de la situation telle qu'elle est, sans quoi il sera impossible de trouver une solution sérieuse sans aucune connaissance  objective des éléments du probleme auquel le sud et le nord se trouvent confronter.

En toute vérité, tout ce qui sépare ce petit peuple, vient tout droit du cercle de la réligion, et non seulement du régime, d'une part le régime est coupable puisqu'il organise et laisse faire; d'autre part, il a raison parce que la réligion l'oblige et elle en est responsable.

Il ya la servitude totale, des traitements véxatoires, des massacres incessants que les populations subissent de part du régime haineux et prétentieux depuis deux décennies:

-Dans le gouvernement, l'administration et l'entreprise, des Tchadiens du sud sont rien que des adjoints et secrétaires au service de l'incompétence

-Dans l'armée nationale, des sudistes n'ont pas droit aux salaires, aux grades et aux uniformes, sinon des gardes du corps, des gardes de l'entrée de la caserne, des secrétaires et marmitons au service de leurs collegues du nord

-Il subissent des mortifications, des traitements inhumains souvent aggravés de brutalité mortelle, privés de liberté, attachés et soumis a la science marmitale, dans des camps, dans les centres d'instructions, dans les bureaux, n'importe ou et partout

-Bourse d'étude impossible,intégration d'un sudiste impossible avec le régime.

Quelle ingratitude?

Quel bahutage?

Idriss Deby, a le comportement d'un chiot ingrat qui mord la main de celui qui le nourrit.

L'empiéteur enseigne aux Tchadiens a faire ce qu'ils ne doivent pas faire. Il doit apprendre son métier de pére de la nation pour veiller a maintenir l'équilibre entre ses responsabilités et obligations pour se faire bon pére de la nation tout entiere, dans le cas contraire, il a deja manqué son role d'éducateur de la République.

L'oligarchie fait faire et continue a faire dans les campagnes comme dans les villes, dans les rues, sur les places publiques, dans les maisons et bueaux des propagandes intenses de haine,  incitant la nation a se livrer a des activités influencées par les mentalités diviseuses, des activités qui sement la criminalité entre elle, poussant la population du nord contre celle du sud, armant des éleveurs pour massacrer des agriculteurs et faire obstacle de maniere a ce que l'agriculture n'ait pas lieu, le cas concret du coton en faillite frauduleuse et dévastatrice, des maraudeurs pour voler les bétails, des coupeurs de routes pour tuer et s'emparer des biens voyageurs.

Multipliant des postes de controle sur l'axe de Ndjamena vers le sud, installant a chaque village et ville des voleurs appelés : agent nation de la sécurité, policier, gendarme et douanier fouillants violemment des bagages et des poches des passagers jusqu'aux calecons pour arracher tout ce qu'ils portent en eux, exploitant par la jalousie négative contre le bien du sud.

Pour cette raison, le sud se trouve aujourd'hui dans une situation extremment dangereuse et misérable, le banditisme s'installe au coeur de la région au point que l'on en vient a douter son avenir.

La criminalité et la violence du régime sont présentes dans chaque foyer du Tchad, l'esprit de méchanceté se propage partout, gagne la mémoire de chaque citoyen, la haine s'introduit a l'interieur de la nation, la séparation fait une progression incroyable a travers le pays, elle est présente dans tous les services, dans les établissements scolaires, dans les partis plitiques, pour cela l'électeur de telle région vote pour le candidat de sa région, celui du nord vote pour le nordiste, mais celui du sud vote pour le nord. C'est comme ca, la tenue des électeurs Tchadiens qui ne cherchent pas a savoir  pourquoi la démocratie et l'organisation des élections, quelles sont ses importances? ET bien, nous sommes loin de la démocratie.

Le systeme politique Tchadien est tout à fait comparable au régime ségrégationniste des blancs de l'Afrique du Sud à l'époque de l'apartheid, du fait de caractères biologiques, contrairement au Tchad , du fait de la religion et de l'ignorance complète de la part du pays, de ses dirigeants et de ses populations. Cette séparation est bel et bien organisée et réglementée par le régime et les élites du nord.

Combien d'années faut-il encore attendre pour  parvenir à une solution définitive du problème tchadien comme celle qui a été trouvée en Afrique du sud grâce à NELSON  MANDELA?

Toutes les racines du mal dont souffre la société tchadienne, les systèmes politiques, les différentes sortes de brimades  entre sud-nord et quelques-uns de comportements honteux du régime et de son chef, sont dénoncés et il faut les combattre, sinon rien ne changera même si Deby est parti.

La liberté est indépendance de l'esprit : la donner à l'homme pour qu'il agisse en toute franchise et qu,il défende ce qu'il croit être la vérité contre une chose qui n'est pas réellement ce qu'elle paraît être.

La liberté permet aux citoyens de révéler la conduite ignominieuse des actions infâmantes pleines de turpitudes, les pires cruautés ou le sadisme, les injustices, les intimidations, les mensonges et principalement la dépravation publique du régime abominable comme celui-ci. Divulguer la rancoeur, la distinction et la division longtemps préparées par l'usurpateur et fardées sous la République et accuser la nation d'être en cause, tout court pour empêcher les injustices et les fausses informations auxquelles peut se donner le régime qui évite toute participation du peuple aux exercices du pouvoir.

Cette liberté promise se trouve profondément sous la contrainte puisque toutes libertés sont interdites .

Il n'y a pas la reconnaissance du droit de manifestation, de grève, de discussion, d'action des partis politiques, pas de liberté de la presse; ni de liberté d'expression à la radio, à la télévision et dans les journaux; ni de liberté de se réunir, de s'associer, de parler et de critiquer. Ceux qui osent dire sont souvent tués ou portés disparus.

Le porteur de la démocratie, dont sa main ne tremble pas en sacrifiant la vie de son peuple, a commis autant d'erreurs regrettables.

 

A-t-il organisé des élections?

A été-t-il élu?

Les élections sont un libre choix, une désignation d'une ou plusieurs personnes par le vote. Une importante occasion d'entrer en contact avec son peuple, de faire connaître son point de vue sur l'avenir du pays, de redire bonjour, redemander si l'on a bien travaillé et si l'on pourrait continuer.

Quatre mandats consécutifs sont équivalents à 21 ans d'exercice du pouvoir sans partage, les élections ont été souvent cachées sous des apparences trompeuses, des accoutrements ridicules et bizarres.

Techniques truqueuses

La constitution est continuellement bafouée, elle n'a pas le pouvoir d'apporter le changement, ni le travail, ni la démocratie et ni la liberté-participation au pouvoir du peuple. Tous les droits inscrits dans la constitution sont constamment transgressés.

La commission électorale nationale indépendante (céni) est sous contrôle du régime.

L'appareil  électoral et ses techniques se trouvent également entre les mains de l'accapareur et ses ouvriers. Pour cette raison, ceux qui contrôlent les bureaux de vote remplissent les urnes jusqu'au bord en tassant, ceux qui dépouillent le scrutin choisissent, ceux qui font le compte  des suffrages après le vote, falsifient les résultats et décident de la victoire finale pour celui qui détient les armes.

Tels ont été les cas, des élections présidentielles de 1996-1997 remportées par le défunt Kamougué et celles de 2001-2002 gagnées par le candidat Yoro, mais encore et toujours arrachées par la force du mal.

Les élections de 2006, le menteur de la République était le seul candidat car l'opposition avait boycotté le scrutin, les serviteurs-tricheurs du régime seuls contrôlaient les opérations électorales et ont attribué 64,67% des voix mensongères au menteur, père du mensonge Idriss Deby.

Après les résultats définitifs annoncés par la céni, on avancait les chiffres de 77,53%  des voix des suffrages, oubliant carrément que le taux de participation était seulement de 61,49% sur les rares 5,7 millions d'électeurs inscrits sur l'ensemble du territoire de la République.

Quelle fraude inintelligente?

Enfin, les élections de 2011 étaient comme un jeu d'enfant 83 % des voix théâtrales, et quant à l'opposition toujours absente parce qu'elle croyait déjà que c'était une chose inutile de perdre son temps.

Pourquoi le dictateur accepte-t-il l'opposition au parlement?

La réponse est composée de plusieurs éléments, la présence des élus pour siéger dans une assemblée délibérante comme la nôtre qui est dirigée par un homme antisociale et antidémocratique est un synonyme de l'absence, parce que la présence du député Yorongar au parlement n'apportera aucun changement, ni le dépot du projet de loi, au contraire sa présence  au parlement  renforce et permet au menteur de mentir à la communauté internationale que son régime est de type démocratique car l'opposition est bien présente aux Assemblées pleinières.

Les élections s'organisent de plus en plus dans la présidence de la République despotique que dans les bureaux de vote prévus par l'engagement loyal de la démocratie.

Le mensonge, lui, continue son activité de bernerie au sein du régime et de la céni, sâlissant  la politique, dégradant la valeur de la démocratie, c'est l'unique force combative  qu'a l'oligarchie. On l'utilise pour extirper la victoire des autres, pour massacrer ceux qui osent dénoncer la mise en scène trompeuse, pour tuer les populations et les opposants sous prétexte de faux coup d'état préparer par le régime lui-même et accuser l'opposition.

La minorité au pouvoir ment à l'opinion nationale et cache son jeu à l'opinion internationale. au grand jamais, le père du mensonge n'a été élu et ne pourra pas l'être.

Dans les Etats de la démocratie comme le Ghana, l'Afrique du sud et le Mali; la Guinée et le Niger nouvellement démocrates, les chefs de l'Etat sont parvenus au pouvoir par les voies des urnes et ont un mandat de quatre à cinq ans renouvelable une fois c'est-à- dire que la démocratie a ses régles dont tout homme d'Etat doit étudier et connaître pour mieux les appliquer, puisque les principes de la démocratie ne permettent pas la création d'un appareil électoral pour se maintenir au pouvoir, c'est plutot un devoir de responsabilité.

Rappeler les cas, des Africains exemplaires comme: des LEOPOLD SEDAR SENGHOR, le Camerounais AHMADOU AHIDJO, le Tanzanien JULIUS NYERERE et le Sud-Africain NELSON MANDELA, ceux-là ont ouvert la voie de la démocratie à l'Afrique, ils ont pris des décisions sages pour quitter librement le pouvoir, car ils ont trouvé  que c'était leur tache et un avantage pour leur pays.

Si le despote pense comme ces Africains sages et exemplaires, alors qu'il céde  spontanément le pouvoir et s'il pense travailler pour son propre intérêt, de sa famille et de son clan, dans ce cas, il doit garder le pouvoir à vie.

 

Aujourd'hui, après 21 ans d'exercice du pouvoir, on peut se demander où sont la démocratie et la liberté pour les Tchadiens

- Sont-ils libres, vivent-ils en démocratie?

- Au contraire, c'est une véritable insulte au peuple, une démocratie manquée, déguisée aux pratiques monarchiques, soumis à la volonté d'un seul individu

- C'est aussi un système d'oligarchie, de favoritisme, de banditisme, de despotisme, d'injustice, de falsification des monnaies, de corruption, de détournement de fonds publics, de viols, de vols à main armée, de trafics de drogues, de frictions et de conflits à l'interieur comme à l'exterieur

- L'intimidation voire la tuerie fait partie du quotidien: peur du lendemain, manque de liberté d'expression.

Le messager porteur de la démocratie et de la liberté n'a pas une connaissance profonde du sens et valeur de la démocratie-liberté, pour mieux connaître ces deux sciences, il faut réunir la loi fondamentale du fonctionnement de la démocratie à l'idée de la liberté humaine afin de se rendre compte du sens de la démocratie qui apparaît nouveau et mal manipulée par les dirigeants Tchadiens. Tant que la liberté citoyenne n'est pas associée à la démocratie, la démocratie n'existe pas.

Et ce ne sont pas des vieilles klachnikobs européennes qui font la démocratie.

La longue durée de pouvoir rend aucunement service au peuple, elle menace, elle tue, dévaste et oriente l'homme à la gravité de la situation. Il revient à l'homme conscient de ses devoirs de savoir comment prendre cependant ses distances avec le pouvoir et d'y éviter les pires.

Les Tchadiens ne sont pas libres en démocratie : ils n'ont jusque- là pas obtenu les élections libres, puisque la dictature a pris le masque de la démocratie, la contrainte celui de la liberté, le mensonge celui de la vérité et la guerre celui de la paix.

Les décennies 1990-2000 et 2001-2011 suffisent comme ca.

 

Témadji Ngaryana

Le serviteur du peuple

temadji@yahoo.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher