Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 10:41

Immigration : la politique du pire…

 

(Paris) - Claude Guéant, ministre de l'intérieur français, est dur à la tâche qu'il mène vaillamment... D'aucuns y voient la froideur administrative des grands commis de l'Etat faite homme...

    
Début août 2011, en pleine trêve estivale, il déclare tranquillement vouloir atteindre le chiffre de 30000 reconduites à la frontière d'étrangers en « situations irrégulières », autrement dit d'expulsions. Encore plus fort que son prédécesseur Brice Hortefeux, qui avait déjà mis la barre très haute avec 28000 expulsions annuelles !
 ExpulsionsI.jpgUn demandeur africain noir, menotté, ligoté, saucissonné... expulsé de France, terre d'accueil... Comment atteindre un tel chiffre ? Pour le gouvernement, il s'agit de durcir la loi, pour en faire un instrument essentiellement répressif, et donc de faciliter les expulsions. Un seul exemple : l'article 37 permet désormais aux préfets de supprimer le délai de 30 jours accordé aux sans-papiers interpellés pour quitter le territoire national. Si les hauts fonctionnaires de l'Etat estiment qu'il y a « risque de se soustraire à cette obligation », le délai est supprimé ! Et ils ne s'en privent pas... La pression ministérielle est énorme, il faut arriver aux quotas d'ici la fin de l'année. Sinon, la sanction peut tomber : expulsion de la préfecture ! Du côté des associations, c'est la consternation. « La machine à expulser est de plus en plus inhumaine », précise le Réseau Education Sans Frontières (RESF). Et d'ajouter :« La litanie est sans fin. On ne finit plus de faire la liste des atteintes aux droits humains : contournement du droit, enfermement d'enfants en rétention (45 jours possibles), expulsions des pères et démantèlement des familles, retrait de protection des enfants pour pouvoir les expulser, arrestation sur les lieux d'hébergement d'urgence (le 115). » Première étape d'un parcours humiliant...
« Les préfets appliquent sans état d'âme apparent les directives gouvernementales, rien ne semble les rebuter alors qu'ils ont dans leur attribution une marge d'appréciation humanitaire. Certains juges administratifs valident les décisions préfectorales, sans prendre en compte la nécessité d'apprécier les situations humaines et le respect des droits fondamentaux. Les droits de recours et l'intervention du juge judiciaire sont réduits à la portion congrue. C'est le droit, on l'applique, c'est la magie de la nouvelle loi sur l'immigration dite loi Besson et dont le ministre Guéant espère bien une application sans faille. Mais peut-on, doit-on laisser faire un droit injuste ? »

Pour la Cimade, qui intervient notamment dans les centres de rétention administrative, la coupe est pleine et déborde. Comme chaque année, « les vacances scolaires sont propices à la chasse à l'enfant ! » Et la nouvelle « loi de la honte » ne va rien arranger... Un exemple parmi des centaines, relevé par RESF. La famille Avetisyan, arménienne,est arrivée en France en septembre 2007 et vit depuis 3 ans et demi au CADA (centre d’accueil des demandeurs d’asile) de Fougères. Les enfants, Anna, Zaruhi et Artur, sont scolarisés à l'école de La Forairie à Fougères. Suite au refus de leur demande d'asile, la préfecture d’Ille-et-Villaine a émis une OQTF (obligation de quitter le territoire français) vers l'Arménie en mars 2011 à l'encontre de la famille. Anna, la fille aînée âgée de 11 ans, vit particulièrement mal cette situation, craignant de voir sans cesse débarquer la police, elle en a perdu le sommeil, et bénéficie d'un suivi psychologique. La maman a décidé de quitter le domicile avec ses deux filles pour les sécuriser. Le père de famille a été arrêté avec son fils Artur, âgé de 5 ans. Tous deux sont enfermés au CRA (centre de rétention administrative) de Rennes. Artur va très mal : il réclame sans cesse sa maman et a développé de manière fulgurante des symptômes liés à l'enfermement : perte de l’appétit et du sommeil, énurésie de jour et de nuit et démangeaisons incessantes... Des cas semblables, RESF et la Cimade 
en croisent tous les jours, de plus en plus, se battant obstinément dans les méandres d'une France qui n'est pas la nôtre.
Source: http://africamix.blog.lemonde.fr/

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Monde
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher