Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 11:05

0e55ee90-981a-11e1-a519-10040b45a524-493x328.jpgPour le maire PS, Bertrand Delanoë, le président élu a réalisé, avec 55,6% dans la capitale, un score «magnifique».

Un score «magnifique», selon Bertrand Delanoë. Avec 55,6% des voix, dimanche soir, un candidat de gauche est arrivé pour la première fois dans l'histoire de la Ve République en tête de la présidentielle dans la capitale. «La capitale de l'État républicain est en harmonie avec un président de gauche», a indiqué le maire socialiste depuis l'Hôtel de ville. «J'avais une ambition, a-t-il confié, c'est qu'avant que je quitte la mairie de Paris, enfin une fois, un candidat de gauche dans une élection nationale soit majoritaire, c'est une première historique.»

Bertrand Delanoë, qui donné la capitale à la gauche pour la première fois aux municipales de 2001, s'est aussi réjoui de «la participation très forte, supérieure à la participation au plan national». En 2007, face à Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy l'avait emporté de peu, avec 50,19% des voix. Déjà, au premier tour, le 22 avril, François Hollande était déjà arrivé en tête dans la capitale avec 34,83% des voix.

Dimanche soir, dans le Ve arrondissement, Hollande a pris la première place avec 56,22% des voix. Dans le IXe, arrondissement clé pour une éventuelle reconquête de la droite, Nicolas Sarkozy n'a obtenu que 45,81% des voix. Dans le XIIe, Hollande l'a encore emporté avec 58,94% des voix et avec 60,26% dans le XIVe.

Dimanche soir, le maire de Paris a qualifié de «bidons» les rumeurs le donnant entrant dans le prochain gouvernement, à la Justice éventuellement. «J'aime la fonction que j'exerce, quoi qu'il arrive je vais apporter tout ce que je peux pour que François Hollande soit épaulé par nous tous, où que nous soyons, pour qu'il réussisse son quinquennat», a-t-il indiqué.

«L'heure est au passage de générations»

À droite, le président de la Fédération UMP, Philippe Goujon, a tenu à relativiser le résultat. «Au plan national, a-t-il jugé, nous sommes loin du raz-de-marée annoncé. Et Paris n'a fait que subir le sort d'un bon paquet d'autres grandes villes de France, comme Lille ou Bordeaux, elles aussi à gauche.»

Député maire du XVe, il considère que «le score est lié à l'évolution de la sociologie». «Dans les grandes villes, juge-t-il, l'électorat est moins sensible à des thèmes comme ceux de l'immigration ou de la sécurité, qui ont été portés dans la campagne.» Philippe Goujon ajoute que la droite à Paris «n'a pas bénéficié d'un report des voix du FN, faible, et que le centre s'est plus reporté vers François Hollande». Un avis partagé par le président du groupe UMP au Conseil de Paris, Jean-François Lamour. Le centre est pour l'ancien ministre des Sports «la clé de la réussite à Paris dans les années qui viennent». «Il y a un centre droit et un centre gauche, que nous avons beaucoup de mal à capter», reconnaît-il alors que la campagne des législatives à Paris, pour la droite, s'annonce tendue. «L'heure n'est pas à la guerre des chefs ni à la distribution des postes», a prévenu Goujon, qui s'est étonné dimanche soir de ceux qui, déjà, «évoquent l'avenir de l'UMP».

Vendredi, lors d'un déplacement dans le XVIe arrondissement en compagnie du député maire UMP Claude Goasguen, le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a jugé que «l'heure est au passage de générations» pour reconquérir des grandes villes comme Paris. «Le premier tour a été décevant à Paris, tout le monde en est d'accord, et ça demandera qu'on fasse un petit travail de réflexion après la présidentielle pour voir comment en tirer les conséquences», a-t-il précisé.

figaro.fr


Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Monde
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher