Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 17:49

28229 1347734341128 1464412242 31017813 4694906 nLa conférence nationale souveraine du Tchad, tout le monde le sait maintenant, a été un gâchis monumental des ressources nationale. Elle n’a pas permis de solder notre passif et jeter les bases, sinon les fondements solides de la construction nationale. Et pour cause, les réformes démocratiques qu’elle était sensée déclencher et faire mettre en place sont restées lettres mortes. Le Premier Ministre élu pas la conférence nationale et qui détenait ainsi sa légitimité du peuple, cette institution politique et gouvernementale a été congédiée par un président de la République qui, lui, tenait sa légitimité du bout du canon (par les armes).  Les réformes issues et mises en place par la conférence nationale n'ont donc pas d’effets escomptés, sa savoir la paix, la stabilité, l’unité nationale, la fin des conflits armés par la démocratisation de la vie politique et le partage du pouvoir.  Les mécanismes démocratiques voulus par la conférence nationale ont été progressivement vidés de leur substance, malheureusement avec la bénédiction, pour ne pas dire avec la complicité de l’Union Européenne. Le pouvoir en place use du  système majoritaire pour s’accaparer tout le pouvoir (au législatif comme à l’exécutif), suscitant ainsi, au passage, frustration des autres composantes de la société. Derrière ce qu’on appelle pompeusement et par imitation la majorité présidentielle se cache en réalité un pseudo parti politique ethnicisé saupoudré de quelques consciences achetées.

Ce qui a permis au pouvoir en place d’organiser la dévolution des ressources matérielles et financières de l'Etat à telle ou telle personnalité, à tel ou tel individu ou groupe ethnique, tout en écartant  les autres qui sont en plus tenus en laisse par la violence et l’intimidation politiques, laissant aucune place à la contestation politique légitime. Dans ce schéma, on comprend bien pourquoi il ya refus de la légitimité du pouvoir en place, refus des règles qu'il édicte, et donc finalement de la rébellion armée. Encore une fois, on comprend, encore ici, que c’est la source de la légitimité du pouvoir et des institutions qui est en cause. Tant qu’on ne sera pas en mesure d’imaginer un mécanisme de légitimations (de nos pouvoirs et institutions) juste et adapté à notre culture, nous aurons toujours de difficultés à construire notre nation de manière viable. Nous devons avoir le courage de rompre avec les méthodes jusque-là utilisées et qui ont tous montré leurs limites ; à SAVOIR LE CENTRALISME DEMOCRATIQUE.

L'option fédérale qu’on a vite fait de rejeter est à reconsidérer avec beaucoup de sérieux et de réflexion. Il n’y a, jusqu’ici, aucune raison valable qui justifie le rejet du fédéralisme. Nous devons nous débarrasser du mythe de la construction de l’Etat-Nation, longtemps utilisé comme leitmotif pour justifier la centralisation à outrance de nos institutions étatiques. Le fédéralisme sincère et authentique, sans être l’unique voie, peut aider le Tchad à sortir de son blocage. Il s’agit simplement de transférer l’essentiel du pouvoir aux gouvernement locaux dans des régions ethniquement homogènes. L’Etat national ne doit se contenter de la défense nationale (à la frontière), les affaires étrangères et dans une certaine mesure la santé publique. Certains domaines peuvent être partagés, mais l’essentiel du pouvoir public doit revenir aux gouvernements locaux.

Michelot Yogogombaye

Rdpl, Mieux vivre ensemble

Un engagement pour le Tchad.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher