Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 12:59

tentative assassinat au Tchad image montage TchadforumL’affaire fait un bruit monstre à N’djamena et à travers tout le Tchad depuis exactement une semaine : Le 21 Septembre dernier dans l’après midi, Mahamat Zène, un riche homme d’affaires d’origine Baguirmienne est attaqué dans son domicile à N’djamena par une bande de criminels venus le tuer, puisqu’ils lui tirent cinq balles à bout portant à la tête.

 

L’homme est blindé, et les balles ne lui font aucun mal. Les assaillants prennent la fuite. Mais Mahamat Zène en a reconnu plusieurs. Et pour cause, l’homme n’est pas n’importe qui : c’est le propre beau fils d’Idriss Deby, celui là qui a épousé, il y a quelques semaines Amina - celle là même qui avait été l'épouse de Mahamoud Adam Bechibo, l'actuel ambassadeur du Tchad aux États-Unis - l’une des filles préférées du potentat. Et selon ce qui se dit haut et fort dans la capitale, et surtout dans les milieux Zaghawa, est que beaucoup  parmi les fils du général président sont mécontents de ce mariage.

Et justement, Le Baguirmien n’a eu aucune peine à reconnaître beaucoup de visages – parmi ses agresseurs – qui lui sont familiers au palais rose.

L’homme d’affaires dépose plainte et va tout dire à son beau père qui donne immédiatement l’ordre au ministre de l’Intérieur Mahamat Bachir de mettre la police sur la trace des agresseurs de son beau fils, quels qu’ils soient.

Dès qu’elle apprend cela, et surtout parce que la rumeur lui était déjà parvenue que les commanditaires de cette tentative de meurtre n’étaient autres que certains fils de son frère le président, Haïga  – la sœur d’Idriss Deby - est entrée dans une rage folle. Elle a fait dire au directeur de la police que si celui – ci tentait de mettre ses pieds devant la porte de l’un de ses neveux pour l’arrêter, toute sa famille disparaitra avec lui-même !

Sous une menace aussi précise, bien évidemment, le directeur de la Police n’a pas eu d’autre attitude que celle de la prudence et du bon sens : se croiser les bras.

 Mais entre temps, Idriss Deby a fait mieux : il a tout simplement balayé tous les grands patrons de la Police du Tchad trois jours plus tard par le décret N° 765/PR/PM/MISP/2010 du 24 Septembre 2010. Et par ce décret, tous les nouveaux grands patrons de la Police sont d’ethnie Zaghawa, ainsi que leurs adjoints.

Mais depuis les premières heures de ce jour, mardi 28 Septembre, un bon nombre de médias en ligne ont diffusé sans désemparer la nouvelle selon laquelle l’un des fils d’Idriss Deby serait gardé à vue dans les locaux de la Police Judiciaire de N’djamena.

 Est-ce pour une confrontation avec les présumés coupables arrêtés qui n’ont pas hésité d’avouer que c’est sous l’instigation de l’un des fils du président de la République qu’ils ont tenté de tuer Mahamat Zène ?

Est-ce pour les besoins d’une grosse opération de mystification que les nouveaux patrons de la police ont  organisé un simulacre d’arrestation d’un des fils du président qui, pour rien au monde, n’est pas un Tchadien comme les autres ?

La suite des événements nous instruira la dessus, mais d’ici là, nous pouvons toujours retenir qu’un des multiples  fils d’Idriss Deby a été entendu dans les locaux de la Police Judiciaire par certains de ses oncles Zaghawa.

Rien de grave certainement, même si c’est pour une affaire de tentative d’assassinat. Le rejeton présidentiel ne risque rien au nom du père, de sa tante et des nouveaux patrons de la police !

 

Par D.L | Ndjamena-matin

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher