Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 10:32

micVoyez-vous, mes chers  suggestifs compatriotes,

 Primo : des « nazis » nous le sommes subitement devenus parce que nous avons parlé d’émancipation, d’autodétermination, d’indépendance, de liberté, de justice, de droit ! Ce que l’auteur de cette abjection ignore est que, c’est aussi Tchad même que, par un Communiqué de presse en date du 10 juin 2011, intitulé « Le Droit des Peuples à disposer d’eux-mêmes », un Conseil National Toubous et ONG Tibesti, a exprimer sa détermination à disposer de son droit légitime à l’autodétermination pour son peuple : le peuple Toubou. Ceux-là parce qu’ils sont du Nord du Tchad, ont le droit de s’exprimer et non les tchadiens du Sud. Le communiqué du Conseil National Toubous et ONG Tibesti n’a jamais jusqu’ici suscité d’aucune  désapprobation, ni de réaction haineuse de genre de celui du Chevalier de l’Apocalypse. Eux, ne sont pas des Nazis aux yeux de Belemgoto Ma-mbbeurawa.

 

Secondo : le Timor oriental (15000 Km2) a demandé et obtenu le droit à un référendum sous l'égide de l'ONU en août 1999 et a acquis sa pleine indépendance en 2002. « Nazis », les Est-Timorais ne le sont pas aux yeux de Belemgoto Ma-mbbeurawa, eux qui avaient ainsi demandé et obtenu leur indépendance vis-à-vis de l’Indonésie. Aujourd’hui le Timor oriental est indépendant et sous administration transitoire de l’Organisation des Nations unies dont il est un Etat membre à part entière. Les timorais de l’Est ont fait usage de leur droit à l’autodétermination, tout comme les tchadiens du sud sont légitimés à le faire au regard de la situation intérieure du pays dont ils sont victimes : violations flagrantes et répétitives de la constitution issue de la conférence nationale souveraine par les plus hautes autorités du pays, sur ses points essentiels : laïcité, le code de la famille, limitation de fonctions présidentielles à deux mandats consécutifs, création d’une armée nationale, distributions équitables des ressources nationales, etc. Monsieur Belemgoto Ma-mbbeurawa vous vous êtes trompé de porte : les Nazis aujourd’hui au Tchad sont au sommet de l’Etat. Ils ne sont pas dans le peuple du bas que nous sommes.

 

Tertio : dans la soirée du 3 juin 2006, après 88 ans d’incorporation et de vie commune avec la Serbie, le Parlement du Monténégro a officiellement proclamé l’indépendance du pays et la dissolution de la communauté d’États de Serbie-et-Monténégro (qui avait été instaurée de façon transitoire en 2003 après la dissolution de la République fédérale de Yougoslavie). Le 22 juin 2006, le Monténégro devient le 56e État membre de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Puis le 28 juin 2006, il est admis en tant que 192e État membre de l’Organisation des Nations unies. Les monténégrins sont-ils pour autant des « nazis » vis-à-vis de la Serbie et du reste de la population Serbe ?

 

Quarto : Le 17 février 2008, cent trente (130) ans après avoir été incorporé à tort dans le Royaume de Serbie, puis dans la République fédérale de la Yougoslavie, le parlement de la province serbe du Kosovo, réuni en session extraordinaire, a voté le texte le texte ci-après présenté par le premier ministre Hashim Thaçi proclamant l'indépendance du Kosovo : «  Nous proclamons l’indépendance du Kosovo, État indépendant et démocratique [...] À partir de maintenant, le Kosovo a changé de position politique, nous sommes désormais un État indépendant, libre et souverain. ». « Nazis », les Kosovars le sont-ils, eux qui avaient unilatéralement proclamé leur indépendance, en se séparant du reste de la Serbie, après cent trente (130) ans de tentative de construction nationale qui semblait pourtant réussi avec le Maréchal Tito? 

 

Quinto : les dissensions et difficultés de cohabitation entre le nord du Soudan, à majorité musulmane, et le sud à majorité chrétienne et animiste, sont apparues dès le lendemain de l'indépendance du Soudan anglo-égyptien proclamée en 1956. Il faut dire que le gouvernement central de Khartoum, à l’époque, revint sur les promesses d'autonomie au sein d'un État fédéral qu'il avait faite aux populations de la région du Sud au moment de l’indépendance. Une mutinerie d'officiers sudistes déclenchera la première guerre civile soudanaise de 1956 à 1972. Ce premier conflit prendra fin seulement à la suite des accords signés à Addis-Abeba en Éthiopie, qui accordera finalement au Sud Soudan un certain degré d'autonomie. Toutefois, en 1983, Gaafar Nimeiry au pouvoir depuis 1969, décide unilatéralement d'étendre au droit pénal, le domaine du droit musulman qui était cantonné depuis la colonisation au droit personnel. On a voulu ainsi soumettre des chrétiens et animistes du sud du pays à la « charia » qui est une procédure pénale en droit musulman, et donc de l’islam, à ceux qui n’ont pas choisi l’islam comme religion. Cet élément a été l'élément déclencheur de la seconde guerre civile qui embrasera le pays pendant 22 ans.

 

Après un conflit sanglant (2 millions de morts recensés) qui provoquera également le déplacement de 4 millions de civils et désorganisera la production vivrière au point de déclencher une terrible famine en 1998, un cessez-le-feu est signé entre les protagonistes en 2002, consolidé trois ans plus tard, le 9 janvier 2005, par un accord de paix signé à Naivasha, au Kenya. Cet accord de paix a accordé au Sud Soudan une large autonomie (pendant 6 ans), période au bout de laquelle les sud soudanais se sont prononcés, par un référendum d’autodétermination, sur leur avenir.  Ce référendum sur leur indépendance s'est tenu du 9 au 15 janvier 2011. Le 9 juillet 2011 l’indépendance du Sud du Soudan fut proclamé. Le 14 juillet 2011, Monsieur Joseph Deiss (de nationalité Suisse), président de l'Assemblée des Nations unies a déclaré, après un vote par acclamation, que la République du Soudan du Sud est officiellement le 193e État membre de l'ONU. Le 27 juillet 2011,  le nouvel État du Soudan du Sud devient le 54e pays membre de l'Union africaine.

 

« Nazis », les soudanais du Sud et tous ceux qui ont été engagés dans le processus de leur indépendance,  le sont-ils ? Les sud-soudanais étaient-ils des « Nazis » en 1956, en 1972 et en 1983 ? Eux qui, face aux injustices et à l’arbitraire, ayant refusé de se soumettre à la charia, avaient demandé et obtenu leur indépendance, en se séparant du reste du Soudan ?  En quoi la situation du Sud du Soudan diffère-t-elle de celle du Sud du Tchad d’aujourd’hui ?

 

Ailleurs, les  ex Républiques soviétiques sont-elles des « Nazis », elles qui avaient demandé et obtenu leur indépendance, en se séparant du reste de la Russie ? 

 

Les abkhazes vis-à-vis des géorgiens sont-ils des « Nazis » ? Eux qui avaient fait usage de leur droit à l’autodétermination en se séparant unilatéralement du reste de la République géorgienne ? Le 26 aôut 2011 l’Abkazie, cette république reconnue que par la seule Russie, organise des élections présidentielles libres pour désigner leur Président. Sont-ils pour autant des « Nazis » ? Les Bretons, les Corses (en France), les basques en Espagne sont-ils « Nazis » ?

 

Tous ces mouvements d’émancipation se sont opérés dès le lendemain de la fin de l’ordre politique international mis en place au sortir de la 2ème guerre mondiale. Ils se sont multipliés et accélérés au cours de la 1ère décennie de ce troisième millénaire. Cela n’a pour autant pas donné l’occasion aux opposants de ces mouvements séparatistes de les qualifier de « Nazis ».

 

Michelot Yogogombaye

Partager cet article

Repost 0
Published by Rdpl, mieux vivre-ensemble - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • RDPL, Mieux Vivre-Ensemble
  • : Rassemblement Démocratique pour la Paix et les Libertés au Tchad. La passion de bâtir, le rêve de construire un Tchad nouveau!
  • Contact

Young-black« Nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaitre un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard, qui humilie le bagnard, n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur, qui grandit le prospecteur. Le bagne ne réside point là où les coups de pioche sont donnés… » ANTOINE de Saint-Exupéry, in TERRE DES HOMMES.

 

284215_1905906284433_1145065966_31634001_2909666_n.jpg



Rechercher